Mon travail s’articule autour de la peinture.

Au cours des dernières années, j’ai étudié le discours entre l’abstraction et la figuration et la tension qui les sépare.

Les influences sur mes peintures actuelles sont nombreuses mais proviennent souvent de mes voyages à l’étranger, en particulier en Asie où j’ai grandi et à l’île Maurice, où ma famille vit.

En 1864, le poète Mallarmé écrit : «...Parce que je suis en train d’inventer un langage qui doit néccesairemment bourgeonner d’une poétique très nouvelle: peindre, non pas le sujet , mais l’effet qu’il produit».

Ma dernière série de peintures est une réflexion sur l’honnêteté.

J’ai choisi de peindre sur un format unique à échelle humaine pour développer l’idée de répétition dans laquelle les touches et les couches de peinture s’épuisent.

J’utilise ensuite des gestes simples et colorés pour atteindre un point culminant de franchise et de sincérité.

Cela conduit la répétition à devenir un tempo hypnotique dans lequel toutes intentions pré-conçues, “avant-de-peindre” deviennent irréalistes.

Cette économie du geste m’a ensuite poussé a déconstruire ma manière de peindre. Je peins rapidement et intuitivement au milieu de longues pauses contemplatives. Le sujet de mes peintures, quand il y en a un, se dévoile au fur et à mesure que je peins. La seule narration directe que j’accepte pour l’instant est peut-etre celle de l’insistance sur l’integrité des sentiments.

Chaque tableau conserve quelque chose de celui qui le précède, tel un jeu d’échos constamment réinventé.